Le député Mohamed Khendek dénonce un cas de torture

La wilaya de Tipaza en a été le théâtre

Le député Mohamed Khendek dénonce un cas de torture

El Watan, 14 juin 2009

Omar Imekraz, un jeune homme de 30 ans, habitant Nador dans la wilaya de Tipaza, a déposé plainte auprès du procureur militaire de Blida contre un officier de la gendarmerie pour torture. Le député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohammed Khendek, qui a tenu à médiatiser cette affaire, dénonce le mutisme des autorités civiles et militaires de la wilaya de Tipaza face à ce cas « d’atteinte à la Constitution et aux droits élémentaires des citoyens ». « En date du 17 mars 2009, ce citoyen, convoqué à se présenter dans les locaux de ladite section pour un interrogatoire, subira une véritable torture physique », souligne M. Khendek dans sa lettre adressée au journal. Alors qu’« il ignore toujours les griefs retenus contre lui, le jeune Imekraz a été victime d’une torture qui lui a occasionné une interruption temporaire de travail de douze jours, le certificat médical du médecin légiste faisant foi, et dont une copie nous a été remise », indique l’élu du RCD qui affirme, toutefois, ne pas remettre « en cause la convocation et n’a pas l’intention de s’immiscer dans le fonctionnement de l’instance sécuritaire ».

M. Khendek précise en outre que la plainte déposée le 30 mars 2009 auprès du procureur militaire est restée lettre morte. Nous avons confirmé ces dires auprès du jeune Omar Imekraz, qui affirme « avoir été battu » par le chef de la section de recherche et d’investigation de la Gendarmerie nationale. « Ce jour-là, je me suis rendu dans un bar-restaurant à Tipaza pour honorer un rendez-vous avec une jeune femme. Je mangeais lorsque douze éléments de la gendarmerie m’ont demandé de les suivre à la brigade qui se trouvait juste en face. On m’a retenu de 17h jusqu’à 22h. Et là, le chef de la section m’a tabassé, j’ai eu droit à des coups de pied, des coups de poing. J’avais un abcès et l’officier me donnait des coups de poing à l’oreille. A ce jour, mon oreille me fait mal », nous confie Imekraz. A la question de savoir ce qui justifie sa convocation, notre interlocuteur indique que l’officier en question « m’a intimé l’ordre de ne plus revoir la jeune femme avec qui je me trouvais ». Le calvaire d’Imekraz ne s’arrête pas là. « Je suis fatigué de recevoir depuis ce jour des convocations de sa part », note le jeune homme.

« Le 4 mai 2009, deux personnes en civil se pointent au domicile d’Imekraz, lui demandent de se munir du livret de famille et de les suivre. Il sera dirigé vers les mêmes locaux où il avait été torturé », précise M. Khendek dans son courrier. Et d’ajouter : « Il sera reçu par ce même chef de section qui lui fera comprendre qu’étant intouchable, il avait tout intérêt à retirer sa plainte sous peine de voir son père et ses frères emprisonnés. » Mohammed Khendek continue son récit des faits et indique qu’« avant d’être relâché, l’officier prendra soin de lui couper une mèche de cheveu pour, dira-t-il, l’analyser ». Le député RCD a entrepris comme action d’informer, par écrit, le wali en date du 10 mai dernier. « En insistant sur le fait qu’en sa qualité de représentant de l’Etat, il était garant de la sécurité des biens et des personnes », note M. Khendek. « Suite à ce courrier, le jeune Imekraz n’a plus été inquiété. Mais le 10 juin, l’officier récidive. Il convoque de nouveau le jeune homme pour lui faire signer un document reconnaissant qu’une mèche de cheveu lui avait été prélevée lors de son premier interrogatoire », indique le député.

Le commandement de la gendarmerie dément

Contactée par nos soins, la cellule de communication du commandement de la Gendarmerie nationale s’interroge pourquoi le jeune Imekraz ne s’est pas plaint auprès du chef hiérarchique de la compagnie et du groupement de gendarmerie. « Si cette personne se sent lésée, elle est la bienvenue au niveau du commandement de la gendarmerie et nous l’assurons qu’une enquête sera immédiatement ouverte. Si cette enquête détermine que les faits relatés sont avérés, l’officier sera sanctionné. Par contre si elle détermine que le citoyen a fait une fausse déclaration, il sera poursuivi en justice », indique le commandant Kerroud, réfutant l’existence d’un tel cas. Il indique que la procédure veut que le procureur de la République soit avisé de chaque arrestation et que chaque prévenu lui soit présenté à la fin de la garde à vue muni d’un procès-verbal et d’un certificat médical. « Les seuls cas signalés à Nador sont ceux des jeunes émeutiers qui ont incendié la brigade de sécurité routière. Ces personnes ont été gardées à vue pour des raisons d’enquête pour troubles à l’ordre public », dit-il.

Par Nadjia Bouaricha

Trois harraga placés sous mandat de dépôt

Actualités : ANNABA
Trois harraga placés sous mandat de dépôt

Trois harraga sur les vingt-cinq interceptés avant-hier au large de Ras-El-Hamra, commune de Annaba, ont été placés sous mandat de dépôt par le procureur général de Annaba.
Ces trois harraga, des récidivistes, ont été présentés au magistrat, avec le reste du groupe, ce samedi en fin d’après-midi par les éléments de la station maritime principale des gardes-côtes de Annaba. Une citation directe pour comparaître le 7 juillet courant a été signifiée aux autres membres du groupe. Au moment de leur arrestation, cinq parmi les harraga se trouvant dans la même embarcation ont pris la poudre d’escampette vers le littoral de Annaba. Ils ont profité d’un moment d’inattention des éléments de l’unité 346 des gardes-côtes, occupés au sauvetage de la vingtaine de leurs compagnons d’infortune. La barque, abandonnée sans moteur, a été saisie à proximité du récif des Deux-Frères, dans la commune de Seraïdi, et les fugitifs sont activement recherchés, a-t-on appris auprès du chef de la station maritime principale, Abdelaziz Zaïdi. Pour rappel, ce groupe de harraga avait embarqué vendredi dernier, vers minuit, de la plage de la cité populeuse de Sidi-Salem, tristement célèbre pour ce genre d’aventures à l’origine de morts confirmées et de disparitions en mer de plusieurs jeunes Algériens.
A. B.

Ccix Aheddad

Ccix Aheddad

Amezruy yettwattun Ccix aḥeddad, d amdan ur yezmir yiwen ad yenker, mi d-yuder ṭṭariqa tareḥmanit neɣ nnfaq n urumi n useggas 1871. Muḥend ameẓyan Ben Ɛli, d isem aḥeqqaqni n Ccix Aḥeddad. Ilul deg useggas 1790, deg taddart Sedduq u Fella, n lɛerc At Ɛidel. Yuɣ isem Aḥeddad s lḥirfa n baba-s. Ula d netta yexdem d aḥeddad meɛna akken i d-qqaren yimeqqranen : “Ayen akk yexdem d aḥeddad, yesneɛ-d sin n lmesbaḥat, yiwen yefka-t i zzawiya n Imula; wayeḍ yeǧǧa-t i netta.” Leqraya yebda-tt ɣer Ccix Rabiɛ Belmuhub, di zzawiya n Imula yellan di Msisna, syin akkin ikemmel ɣer Ccix Aɛrab Nat Iraten deg At Smail. Ccix Aḥeddad seg wid iqeymen leqraya. Aya ibeyyen-it-id later n wayen yura neɣ i d-yeǧǧa (tibratin iceyyeɛ i lexwan ɣef twizi, Iǧaza n yefka i Ccix Muḥend Ben Abi Lqasem n At Jlil, tazwart yura i yiwen lmilef, …) Deg tudert-is, yeǧǧa-d setta n teḥdayin (Zineb, Tayaqutt, Lǧida, Ṭawes, Taɛelǧett, Lɣaya), d sin n warrac (Ccix Mḥend, Ccix Ɛziyez). Ccix Mḥend yella d lqayed deg Wat Ɛidel d temnaṭ Riɣa umbeɛd yuɣal d lqebṭan n Bu Beɣla aseggas 1851. Ma d Ccix Ɛziyez, yezga d lqayed deg Ɛamuca qbel ad yeffeɣ d amnafeq ɣer yidis n Lmeqrani. Tawacult n Ccix Aḥeddad ur d-tekki seg uẓar amrabeḍ akken daɣen ur telli d tamerkantit. Lhiba yesɛa ɣer yemdanen tekka-d imi d aḥeqqani ; ur iqebbel lbaṭel. Win i t-id-iqesden deg zzeyyar neɣ deg wid i t-id-yeɛnan icetka-yas-d, yewwi lḥeq-is. Yiwet n tikelt yiwen deg tarwa-s yeḥkem ɣef yiwet n tmeṭṭut n taddart Tibuɛmucin, s lbaṭel. Tameṭṭut truja armi d-yuɣal Ccix, teḥka-yas i yeḍran. Din din iɛawed i tedyant. Yefra-tt s leḥkem, ad d-yuɣal lḥeq i tmeṭṭut. Seg useggas 1857 armi d useggas 1871, iseyyer lecɣal n ṭṭariqa Tareḥmanit. Inmezrayen, uran belli, ṭṭariqa tucaɛ deg tmurt n Leqbayel, segmi tt-yeṭṭef Ccix Aḥeddad. Aṭas n lecɣal iwmi ibeddlen. D netta i d amezwaru i d-ibedden ɣef ṭṭariqa fiḥel ma yekka-d seg twacult yemrabḍen. Γas imrabḍen yettkelfen s useyyer n ṭṭariqa ur qbilen ara, meɛna lxuf deg uɣref yerra-yasen aḍar ɣer deffir. D amdan yettqadaren, yeqbel liɛana n medden d tirni, d amerkanti neɣ d igellil, d argaz neɣ d amɣar, yerna-d ula d tullas. Asmi i d-yettqeddim umnekcam arumi, lecyax yettseyyiren leɛruc d zzawiyat d temɛemrin…, mtafaqen ad mlilen akken ad d-frun tadyant i ten-yeɛnan d urumi. Imar i d-yeffeɣ wawal n nnfaq n urumi, lkaɣeḍ i d-uran, yettwastenya deg uxxam n Ccix Aḥeddad. Ass n 8 deg yibrir 1871, deg ssuq Msisna, isawel Ccix Aḥeddad ɣer nnfaq n urumi. Iḍegger taɛekkazt-is, yenna : “Ncallah, akken i ḍeggreɣ taɛekkazt-iw ɣer lqaɛa, ara nḍegger aɛdaw akkin i lebḥer.” S usiwel-a, inmazrayen nnan, ɣas ma Ccix aḥeddad, iṭuɛ Rebbi nezzeh, maɛna ur yelli d argaz yettkelfen s lecɣal n ddin. Asmi yendeh ɣer nnfaq, tikti tamezwarut yellan deg yinaw (discours) d tasertit ; ur d-isawel ara i lɣaci s yisem n ddin. Awal i d-yefta d win yettmeslayen ɣef tikci n uqbayli (akal) “Fransa tusa-d ad tekkes akal i yimawlan n tmurt… Fransa d tin yebɣan ad tebḍu Izzayriyen.” Azal n 250 tudrin n Leqbayel i d-yerran s wawal qeblen. Fkant-d azal n 120 000 n leǧwad. Ass 18 yulyu 1871, yettwaḥbes Ccix Aḥeddad s lqebṭan Saussier, mmi-s Ccix Mḥend, yettwaṭṭef ass 20 yulyu 1871 d ubrid-is ɣer Bgayet, ma d Ccix Ɛziyez, yettwaṭṭef ass 30 yunyu deg At Hicam. Kkan kra wussan deg lḥebs Berǧ Musa (Fort Barral) di Bgayet, qbel ad ten-awin ɣer uxxam n ccreɛ n Qsenṭina, anda ḥekkmen fell-asen. Ass 19 deg yibrir 1873, arumi yegzem tadyant : Ccix Ɛziyez, yeḥkem fell-as s lḥebs s teɣzi n tudert deg tegzirin n taydiwin (Noumea) di la Nouvelle Calédonie ; Ccix Aḥeddad d mmi-s Mḥend, yeḥkem fell-asen s 5 yiseggasen d lḥebs. Mi d-yuder jjuj leḥkem, Ccix Aḥeddad yerra-yas-d : “Kunwi tḥekkmem fell-i s 5 yiseggasen, ma d Rebbi yeḥkem s 5 wussan.” Mi zrin 8 wussan, Ccix Aḥeddad yensa din zdaxel lḥebs, yettwamḍel di Qsenṭina.

Ait Ighil Mohand

160 haraga en un mois

Smail DADI
L’Expression
tp090701-09.jpg
Le drame en continu…
L’arsenal juridique et les voeux pieux des responsables n’ont pas pu endiguer le phénomène de la harga.

Le phénomène de l’émigration clandestine ne cesse de prendre des proportions inquiétantes. Nos jeunes quittent le pays. Autrement dit, l’impasse en est la cause. Ni la loi ni les promesses des responsables n’ont pu finalement endiguer ce phénomène. En effet, quatorze émigrants clandestins ont été secourus, avant-hier après-midi au large d’Oran, par une unité des gardes-côtes relevant de la façade maritime ouest, a-t-on appris de la station maritime d’Oran de ce corps. Les malheureux aventuriers ont été trouvés en péril, à bord d’un zodiac en panne de moteur, selon la même source.
Le guide qui les accompagnait, les avait abandonnés au large, sous prétexte d’aller chercher un autre moteur pour continuer la traversée, a-t-on ajouté. Le départ vers l’autre rive de la Méditerranée s’est effectué tôt ce matin à partir de la plage Sidi Djelloul (Beni Saf). Mais en plein traversée, le moteur tomba en panne et le guide sollicita, par téléphone, les services d’un ami qui s’est déplacé à bord d’une autre embarcation pour le ramener au sec, selon le récit d’un élément du groupe sauvé. Les 14 émigrants clandestins, âgés entre 17 et 40 ans, tous originaires d’Oran, ont été reconduits au port d’Oran.
Rappelons que, 104 candidats à l’émigration clandestine ont été arrêtés au cours de ce mois à Annaba.. Selon le chef de la station principale des gardes-côtes de la même wilaya, M.Abdelaziz Zaïdi, les deux premiers groupes, composés respectivement de 23 et de 31 jeunes, ont été présentés devant le procureur de la République. A cela s’ajoutent 23 autres candidats à l’émigration clandestine dont un mineur, lesquels ont été interceptés durant le mois dernier à deux miles marins de Ras El-Hamra, à Annaba-ville, a-t-on appris du chef de la station maritime principale des gardes-côtes de la wilaya. L’embarcation artisanale à bord de laquelle se trouvait ce groupe de candidats, était partie de la plage Seybouse aux environs de minuit avant son interception vers trois heures du matin par une patrouille relevant des unités des gardes-côtes de Annaba. Agés entre 16 et 33 ans, ces jeunes dont 16 sont issus de Annaba tandis que le reste est originaire d’Alger, de Constantine, d’El Tarf et de Batna, ont été présentés durant la même journée devant le procureur de la République près le tribunal de cette ville. Aussi, deux groupes constitués de 39 candidats à l’émigration clandestine ont été arrêtés, durant le mois de juin écoulé par les gardes-côtes de Annaba. Le drame continue. Un autre groupe de candidats à l’émigration clandestine, constitué de 18 jeunes dont l’âge varie de 17 à 29 ans, a été intercepté au large de Annaba, selon le commandement du groupement territorial des gardes-côtes. L’embarcation de fabrication artisanale, à bord de laquelle les harraga avaient pris place, a été interceptée par une patrouille de surveillance des gardes-côtes, au large de Ras El Hamra, un peu plus d’une heure après sa mise à l’eau, au lieu-dit Caroubier, a précisé la même source. Les 18 émigrants clandestins, originaires de Constantine, de Annaba et d’Alger ont été présentés devant le procureur de la République, a-t-on également indiqué au commandement territorial des gardes-côtes. Il est temps de répondre à cette question: «Pourquoi nos jeunes quittent le pays?»

réponse de Salah-eddine Sidhoum sur un blog

Cher frère Brahim
Le respect sincère est partagé.
Je crois que mon écrit est clair et je n’ai pas l’habitude d’utiliser des chemins sinueux pour exprimer franchement mon opinion.
Je parle bien de l’attitude honteuse d’une certaine « élite » au cours et après le Coup d’Etat de janvier 92. Oui, cette « élite » a joué la vitrine civile et pseudo-démocratique du pronunciamiento du quarteron de putschistes à travers le sinistre CNSA (comité national de « sauvegarde » de l’Algérie) dont tout le monde sait qu’il ne sortait pas des entrailles de la société mais bel et bien des bas-fonds de la police politique.
On peut ne pas partager les idées de « l’autre bord » mais on les combat politiquement , on ne s’associe jamais à des putschistes pour le combattre par les blindés, la gégène et la déportation, quand on est démocrate. C’est une tâche noire indélébile dans l’Histoire de l’Algérie contemporaine.
Oui, cette « élite » s’est opposée à la volonté populaire qui avait donné ses voix aux 3 fronts qui représentaient le premier pouvoir légitime depuis l’indépendance. Au nom de quelle « démocratie » une minorité s’oppose à la majorité et s’abrite derrière les blindés ?
Peut-on accuser des personnalités probes comme Hocine Aït Ahmed, Mohamed Harbi, Ali Yahia Abdenour, Lamine Khene… d’être complices des « intégristes » quand ils se sont opposés au Coup d’Etat ? Doit-on douter de leur culture démocratique ?
Oui, les responsables du FIS n’ont pas été à la hauteur ! Oui, ils n’ont pas pu maitriser leurs troupes infiltrées déjà par les « services » pour faire peur à cette classe moyenne frileuse. Oui, ils ont commis des erreurs impardonnables, intoxiqués par certaines taupes, croyant avoir le pouvoir à portée de main ! Oui, ils n’ont pas su rassurer certaines couches sociales affolées par certains comportements plus que suspects. Et certains responsables du FIS reconnaissent aujourd’hui leurs erreurs. Mieux vaut tard que jamais!
Il y a des principes immuables en démocratie et il faut les respecter. Il ne faudrait surtout pas qu’on nous sorte des clichés éculés du type « Hitler et Mussolini sont arrivés au pouvoir démocratiquement » et tutti quanti… Et je crois qu’il est indécent de verser dans ce que j’appelle la démocratie sélective, à l’algérienne. La démocratie est un tout. Il ne faudrait pas prendre d’elle ce qui nous arrange seulement.
Je crois, mon cher frère, qu’il fallait laisser le 2e tour se dérouler normalement. Il y avait des balises constitutionnelles solides pour empêcher le FIS de triturer la Constitution. Le président de la République de l’époque avait les moyens constitutionnels pour dissoudre l’Assemblée nationale, voire faire intervenir l’armée en cas de dérapages. Or ce n’était pas le cas. On a fait un procès d’intention à ce parti et on a empêché le processus démocratique de se développer dans notre pays. Beaucoup d’hommes politiques sincères, de juristes et d’observateurs impartiaux le pensaient. Certes, j’ai dénoncé comme beaucoup de gens le Coup d’Etat de janvier 92. Mais j’aurais été le premier à m’opposer au FIS, s’il avait dérapé, une fois au pouvoir. C’est cela le combat politique.
Ce qui était clair, c’était que le régime ne voulait pas d’alternance démocratique, il préférait l’alternance clanique. N’importe quel parti, quelque soit son obédience et qui aurait gagné les élections à l’époque, aurait subi le même sort que le FIS. Et une certaine « élite », hélas, a joué le jeu, avant d’être éjectée, une décennie plus tard, car le régime n’avait plus besoin d’elle. Cette « élite » ignorait que ce régime n’a point d’amis, mais seulement des intérêts à défendre. Que sont devenus, au fait, aujourd’hui tous ces « intellectuels » hypermédiatisés et qui squattaient les TV françaises, ces « commandos médiatiques », pour reprendre le Professeur François Burgat ?
Cette élite aurait pu s’opposer politiquement à celle qui allait prendre le pouvoir, mais pas en se cacher derrière des blindés et en applaudissant la déportation de dizaines de milliers d’Algériens dans les camps de concentration de l’extrême-Sud, la torture institutionnalisée et l’exécution sommaire de milliers de citoyens. Encore une fois au nom de quelle démocratie, doit-on dénoncer certains crimes et applaudir d’autres. Ne s’agissait-il pas d’Algériens qui souffraient et mourraient chaque jour ?
Il est indéniable que les islamistes ont commis des fautes impardonnables, tout comme les « démocrates » utilisés par le pouvoir. Doit-on se limiter à ce constat et rester figés dans le temps ? Ne devons-nous pas tirer les leçons de ce passé récent, O combien douloureux et essayer de jeter les bases d’une véritable réconciliation (moussalaha) après un dialogue franc (moussaraha) entre nous tous ? Devons-nous continuer à nous regarder en chiens de faïence, faisant le jeu de ce régime criminel qui nous a poussés dans un conflit fratricide qu’on aurait pu épargner à notre Peuple, si la véritable élite avait joué son rôle de phare et de guide ?
Je pense qu’aujourd’hui, et croyez-moi, mon cher Brahim, que beaucoup d’acteurs politiques (les véritables), de tous bords ont compris qu’ils avaient fait fausse route et s’étaient trompé de cible.
Oui, je suis d’accord avec vous qu’il faut baliser le terrain dès maintenant. Il est impératif de nous rassembler autour d’un Compromis politique historique clair, accepté et respecté par tous. Je crois que tout cela a été énoncé dans l’Appel du 19 mars.
Nous devons tous nous entendre sur le respect de notre ALGERIANITE dans sa globalité et qu’aucun de ses fondements ne devienne un fonds de commerce à des aventuriers de tous bords.
L’Etat de Droit auquel nous aspirons est un ETAT CIVIL, ni théocratique ni militaro-policier.
Le respect des Droits de la personne humaine et de toutes les libertés collectives et individuelles doit être clairement souligné sans aucune ambigüité.
La démocratie est le moteur essentiel dans la gestion politique du pays.
Qui a dit que démocratie et liberté, pour vous reprendre, ne pouvaient coexister en Algérie ?
Nous devons respecter et promouvoir nos cultures, toutes nos cultures, sans en faire un fond de commerce ou un facteur de division. Bien au contraire cette diversité culturelle est une richesse incommensurable
A mon humble avis, les choses sont très claires. Qui est contre ces principes ? Je crois qu’il est temps de détruire les murs d’incompréhension et de suspicion qui nous inhibent. On peut être demain, dans une Algérie sereine, des adversaires politiques, dans le cadre d’une saine compétition, mais nous ne serons jamais des ennemis. Et je m’inclinerais devant la volonté du peuple s’il vous donne sa voix et je vous soutiendrais pour reconstruire ensemble notre Algérie. Votre étiquette politique m’importe peu. Seuls votre engagement et votre honnêteté pour SERVIR la patrie comptent pour moi. Et la main dans la main, nous irons de l’avant. C’est ma modeste compréhension de la véritable démocratie. Et je n’ai pas besoin de BHL, Glucksmann ou Finkelcrôte pour me l’expliquer !
Bien sûr, on trouvera toujours des « intellectuels » pour pinailler sur tel ou tel concept. On trouvera toujours d’autres pour nous importer des concepts qu’ils voudraient greffer à notre société, jouant ainsi aux tuteurs et donneurs de leçons. Mais cela n’est pas un obstacle. Le peuple in fine, tranchera. C’est cela aussi la démocratie. Notre peuple est-il moins intelligent que les peuples voisins de Mauritanie et du Niger ? Non ! Seulement leurs élites intellectuelles et politiques sont plus courageuses.
Nous détaillerons d’autres aspects à la prochaine occasion.
J’espère avoir répondu à vos questions. Merci encore une fois pour votre intervention.

Fiche technique de la troupe d’Iferhounène

Fiche technique de la troupe d’Iferhounène

La troupe  de Hamid Bentayeb, d’ex-Igellilen de la Maison de jeunes d’Iferhounène englobe 13 comédiens (3 hommes, 7 garçons, 3 filles).

La troupe a déjà participé au 28e  Festival de théâtre amateur de Mostaganem en 1995, cette participation s’est soldée par :

1er prix d’interprétation masculine

1er prix d’interprétation féminine

1er prix de la meilleure mise en scène

Avec la pièce (Entel fetus yalid qejir)

L’histoire de Ulac l’harga ulac se déroule…

La piéce Ulac alharga ulac tourne autour du fléau social du « haraga », dénoncé dans un très beau spectacle qui dure 1h 20mn.

La scène se déroule dans un village kabyle appelé “Virage”. Cette piéce traite  les problèmes du chômage fléaux sociaux “tchipa” favoritisme, visa, suicide, ainsi que du phénomène “haraga”, dont un jeune raconte à ses amis, l’aventure de “tchipa” (haraga) africains vue à la télévision, ensuite il les persuade de construire une barque pour partir. Ainsi, l’aventure commence au milieu du voyage, la barque chavire et c’est le naufrage. Les morts sont recueillis et ramenés  à la place du village. Les survivants de cette aventure reviennent à la vie pour exprimer leurs regrets et dénoncer les causes qui les ont poussées à se suicider de la sorte, et ce en interpellant les autorités pour qu’ils règlent les problèmes des jeunes afin que ces derniers restent vivants et dignes dans leur pays.

Résumé O. S

source: dépêche de kabylie

ANNABA 16 Harragas secourus

ANNABA

16 Harragas secourus et 10 activement recherchés Aujourd’hui mercredi, vers 5h30, les éléments du groupement territorial des gardes côtes (GTGC) de Annaba ont intercepté à 11 miles marins au nord de Ras El Hamra (Annaba) une embarcation artisanale de 7mètre à bord de laquelle ont pris place 26 jeunes migrants clandestins dont 4 mineurs. Agés de 14 et 28 ans, ces jeunes candidats à l’immigration clandestine ont embarqué à 1h30 à partir de la plage de Seybouse. Parmi eux, dix harragas ont pu, cependant, prendre la fuite à bord de leur embarcation ou moment de leur interception. Ils font actuellement l’objet d’intenses recherches.

Par M. F. G.

source: el watan 1 juillet 2009